Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DEMOSPHERE GIRONDE

Archives

10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 09:02

De rentrée scolaire en rentrée scolaire, les suppressions de postes d’enseignant-es et les réductions de moyens dans l’Education nationale entraînent une dégradation des conditions d’études. Début octobre, plusieurs lycées ont été bloqués à travers la France et ils montrent bien que face aux projets du gouvernement, il n’y a qu’une seule solution : résister et s’organiser !

Contre le sabotage du lycée !dvzkx.gif

Comme les profs ne sont pas remplacés, les classes sont de plus en plus nombreuses, des options disparaissent ou sont regroupées n’importe comment, des classes mixtes L et ES sont créées et des cours en demi-groupe sont supprimés, en “général” comme dans les lycées professionnels. On se retrouve souvent à plus de 35 par classe avec des profs à peine formés. La grosse blague du gouvernement, c’est de nous faire croire qu’il veut “privilégier la qualité à la quantité”, c’est-à-dire qu’il pense nous faire avaler qu’avec moins de profs et plus d’élèves, on peut arriver à travailler dans de meilleures conditions. Mais supprimer des profs et des personnels de vie scolaire, ça revient directement à saboter le fonctionnement du lycée.

En plus, les profs qui sont maintenant envoyés dans le secondaire sont des profs moins bien formés (là encore, pour faire des économies), de plus en plus embauchés sur des postes précaires. Comment peut-on imaginer qu’on peut s’en sortir comme ça ?

Contre la sélection sociale !

Les idées du gouvernement sont donc bien claires : il préfère filer de l’argent aux patrons et aux banques qu’aux lycées et aux écoles. Le but des politiques libérales, c’est de renforcer le décalage entre les lycées : d’un côté, les lycées bourgeois avec des options rares et des profs d’élite ; de l’autre côté, des lycées en carton, pour les enfants d’ouvriers et d’employés, avec des classes surchargées et des profs à peine formés.

Tout ça renforce donc la sélection sociale, c’est-à-dire la séparation entre ceux qui pourront s’en sortir grâce à l’argent de leurs parents (dans des lycées privés, avec des cours à domicile) et ceux qui devront se débrouiller dans des lycées de plus en plus pourris. Quand on rajoute à ça le projet de réduire les vacances d’été, on comprend qu’il y a vraiment de quoi se révolter ! Car ce qui explique cette volonté de réduire les vacances, c’est l’objectif de faire des semaines de cours plus courtes afin d’avoir besoin de moins de profs. Tous les choix sont donc faits dans une logique budgétaire, sans se préoccuper des principaux intéressés : les lycéens et les lycéennes.

Résistance !

Face à cela, il faut réclamer des moyens pour les écoles et les lycées, pas pour les patrons et pour les banquiers ! Il faut s’organiser en prenant des décisions ensemble. La meilleure façon, c’est de faire des assemblées générales dans chaque lycée, où l’on se rassemble et discute pour trouver les moyens de se faire entendre collectivement, sans laisser une poignée de petits chefs s’imposer comme les leaders du mouvement.

Si on ne veut pas de cette société, il faut se bouger et agir !

 

 

 

PDFpdf-dist-48x52.png

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
alternativelibertaire33 - dans France
commenter cet article

commentaires

LE MENSUEL

CONTACTS


Alternative libertaire en Aquitaine :
bordeaux[at]alternativelibertaire.org
mtdemarsan[at]alternativelibertaire.org
dordogne[at]alternativelibertaire.org
agen[at]alternativelibertaire.org